Lune

 

Je suis toujours émerveillé par l’apparition et la disparition de la lune au ciel nocturne. S’y ajoute l’évènement d’avant-hier, l’éclipse solaire totale le matin du jour du début du printemps. J’aime méditer la nuit au clair de lune. Malheureusement nous sommes privés des longues périodes de nuits claires dont profitent les habitants des pays autour de la Méditerranée et du Proche Orient. Ils peuvent observer les évènements dans le ciel jour après jour pendant des mois. Tout méditerranéen intéressé sait depuis toujours comment fonctionnent les changements de lune. Les premières observations proviennent de la Mésopotamie à partir du 3. Millénaire avant Jésus-Christ. Les prêtres avaient établi des formules précises du calcul des éclipses de soleil et de lune. Dans ces temps ils étaient les seuls à pouvoir prédire de tels évènements naturels. Ce savoir était strictement secret. Le clergé pouvait prophétiser les éclipses comme avertissements des dieux. Ainsi le peuple était ramené sur le bon chemin, celui de la vertu. Les anciens grecs, ces mathématiciens doués de l’antiquité, s’étaient déjà occupés intensément du calcul des orbites planétaires. Au Moyen Âge ce sont les travaux de Niklaus Kopernikus et Isaak Newton qui nous ont fait avancer. Ils nous ont laissé les outils pour étudier la mécanique céleste. Les premières théories physiques des mouvements dans le ciel sont nées. On avait enfin une réponse à la question: existe-t-il une force qui maintient l’équilibre des orbites des étoiles et planètes dans le ciel? Pourquoi le tout ne s’effondre-t-il pas? Pourquoi les planètes tournent depuis des millions d’années sur leurs orbites elliptiques? Newton a découvert la force et l’a défini mathématiquement. C’est la pesanteur, la gravité, la gravitation. Elle existe; il suffit de laisser tomber une pierre pour s’en rendre compte. C’est une force toute singulière. Jusqu’à aujourd’hui il n’est pas vraiment clair comment elle agit précisément. Ce que nous savons, c’est que des corps s’attirent mutuellement. Ce que nous ne savons pas, c’est ce qu’est la pesanteur au fond. Cela me fascine ! Il y a encore des événements dans l’univers que nous ne savons pas expliquer. Nous savons exploiter leurs interactions mais nous ne savons pas ce qu’est la force. Ceci est valable également pour l’électricité. Les phénomènes électriques sont connus depuis longtemps. La foudre est l’apparition la plus connue et la plus spectaculaire. Les grecs connaissaient le chargement électrostatique de l’ambre jaune. L’application pratique de l’électricité date du début des temps modernes. A partir du dix-septième siècle les chercheurs approchaient l’électricité en tâtonnant. Mais il fallait attendre l’année 1866 pour voir l’éclairage de la place de la Concorde à Paris par des lampes à arc alimentées par une machine de Werner von Siemens. Les conditions étaient alors remplies pour l’utilisation du courant dans la vie quotidienne. Pendant les 17ème et le 18ème siècle et la moitié du 19ème, soit environ 250 ans, des chercheurs étudiaient pas à pas des phénomènes électriques.

  • 1752 Benjamin Franklin (paratonnerre)
  • 1770 Luigi Galvani (machine d’électrification)
  • 1775 Alessandro Volta (pile)
  • 1820 Christian Oersted (magnétisme)
  • 1821 André-Marie Ampère (intensité du courant)
  • 1823 Michael Faraday (induction)
  • 1833 Carl Friedrich Gauss (aimant électrique)

Finalement en 1864, le grand physicien écossais James Clark Maxwell a formulé la théorie de base de l‘électrodynamique classique. Au milieu du 19ème siècle les règles électrotechniques étaient généralement connues. Le courant électrique déclenchait la marche triomphale des applications techniques. Une vie sans courant? Désormais impensable. Toutefois, la question de la nature de l’électricité ou plus précisément les interactions électromagnétiques, n’a pas de réponse. Tout comme pour la gravitation, nous ne le savons pas. Grandiose cette création. Lorsque j’observe la lune le soir, je la ressens comme le symbole du génie de la création. Ce sont des moments à constater en toute modestie que nous sommes loin d’avoir résolu tous les mystères de la nature et de la vie. Il en restent beaucoup pour nos descendants. La curiosité des scientifiques de demain n’est pas près d’être satisfaite. Dans le 21ème siècle sommeillent encore beaucoup de connaissances nouvelles qu’il s’agit de découvrir. Elles sont bien présentes dans l’univers, mais nous ne les connaissons pas. Tout comme Napoléon ne pouvait pas deviner ce que la technologie électrique apportera comme changements à la vie quotidienne. Certains de mes amis me prétendent maniaque de la lune. Quelle erreur, je suis seulement plein de respect devant le génie de la création. Et la lune en est un bel exemple.

Diese französische Version wurde von meinem Freund Hans Rhyn, Paris, übersetzt, mit dem Ziel auch wieder einmal eine Kolumne in der Sprache von Voltaire zu schalten. Mögen alle meine französisch sprechenden Verwandten Freude daran finden.

 

Aufrufe: 72

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.